Relance post-COVID 19 dans les économies francophones : La ZLECAF pour une résilience des économies

 Relance post-COVID 19 dans les économies francophones : La ZLECAF pour une résilience des économies

Dans un rapport intitulé ‘’Promouvoir la compétitivité des PME en Afrique francophone : De la crise à la reprise grâce à l’intégration régionale, le Centre du commerce international (ITC), préconise d’investir dans la sensibilisation des entreprises en parallèle à la mise en œuvre de la ZLECAF.

Ce sont 2.557 entreprises d’Afrique francophone, interrogées par l’ITC et la Conférence permanente des Chambres Consulaires africaines et francophones (CPCCAF) entre mai et juillet 2021, qui ont fourni des informations sur leurs activités, mentionne le rapport. Dans le détail, l’on apprend que « seul un quart des compagnies récemment interrogées en Afrique francophone ont entendu parler de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ». Ainsi, le rapport souligne que sur l’ensemble des firmes interrogées, seuls 6% exportent vers d’autres pays africains, et seuls 12% importent d’autres pays du continent. Selon elles, les coûts élevés de la logistique et du transport, ainsi que les délais et l’incertitude sont les obstacles les plus courants aux exportations au sein du continent africain, rapporte l’ITC. Selon cette institution,  la mise en œuvre de la ZLECAF, alimentée par des investissements dans la facilitation du commerce et les infrastructures, peut permettre de s’attaquer à ces difficultés et d’élargir les échanges intra-régionaux. D’après le rapport de l’ITC, « cette nouvelle zone d’échange régionale apporte une lueur d’espoir dans un paysage assombri par une reprise post-pandémique plus lente que prévue ». Il relève que « plus d’un tiers des entreprises interrogées, et en particulier les petites, celles dirigées par des jeunes, celles du secteur informel et celles non impliquées dans les échanges internationaux ; sont préoccupées par leur capacité de reprise post-pandémique ».

Les échanges commerciaux pour relancer les activités

L’idée de stimuler la reprise grâce aux échanges commerciaux est d’autant plus pertinente que les programmes d’appui officiels sont considérés comme insuffisants, renseigne l’ITC.  « Seuls 12% des firmes interrogées ont bénéficié d’une assistance en lien avec la pandémie, de la part de leur gouvernement ou d’une organisation d’appui aux entreprises ; et parmi celles ayant reçu un tel appui, les deux tiers se déclarent insatisfaites de l’aide obtenue », constate le rapport. D’après le rapport de l’ITC, « l’appui aux entreprises et les réglementations qui seront les mieux alignés sur la ZLECAF, favoriseront la réduction du coût des échanges, permettant ainsi aux compagnies de rebondir ». Par ailleurs, l’ITC prévient dans son rapport pour dire que « la pandémie est loin d’être terminée pour les petites entreprises qui sont pourtant les moteurs de la croissance de l’emploi et de la réduction de la pauvreté sur le continent. Dans ce contexte, les pouvoirs publics ont l’opportunité dans les mois qui viennent de s’attaquer aux contraintes et de débloquer de nouvelles opportunités exaltantes pour les petites entreprises africaines ». A retenir que l’ITC a interrogé des entreprises qui sont dans des pays suivants: Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Madagascar, Maroc, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad, Togo et Tunisie.

 EL Hadji Sady NDIAYE

Administrateur

https://bie.cciad.sn