La Section agricole souhaite intégrer la Chambre Nationale

 La Section agricole souhaite intégrer la Chambre Nationale

Activités consulaires

Devenu président de la Section agricole de la Chambre de Commerce de Dakar en remplacement de Abdoulaye Sow, Pape Ibrahima Diagne, par ailleurs vice-président de l’Institution, a dirigé sa première Assemblée Générale.  Les reformes consulaires ont figuré en bonne place au menu de cette rencontre. Cette dernière a aussi été l’occasion pour les différentes commissions que compte la section d’étaler les attentes des acteurs évoluant dans la région de Dakar.

L’animation des sections de la chambre a été appelée de ses vœux par le président de la CCIAD tout juste après son élection. Une volonté qui se manifeste par la tenue de l’AG de la section agricole dont il était le président avant le 27 Novembre 2019, date de son élection à la tête de l’Institution. Son successeur Pape Ibrahima Diagne, Grand Serigne de Dakar, a organisé en cette fin du mois de septembre 2020 une AG regroupant toutes les commissions que compte la Section agricole.

La section agricole plaide pour le retour de l’agriculture au sein de l’Institution Consulaire

Abordant la question des réformes des chambres de commerce du Sénégal, Pape Ibrahima Diagne a d’emblée exprimé sa préoccupation par rapport au projet. Il faut rappeler que dans les réformes, il est prévu la création d’une Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services. Une Institution qui serait nationale avec dans chaque région, une représentation. Pour le grand Serigne de Dakar, cette réforme, à terme, va exclure les acteurs agricoles de la Chambre Nationale. « Lors des concertations autour de cette réforme, j’ai clairement exprimé mon désaccord quant à la nomenclature de la Chambre nationale. La section agricole ne peut pas sortir de la Chambre Nationale. La Chambre d’agriculture dont on nous parle, n’existe pas. Aucune loi ne l’a créée. Avant qu’il y ait l’industrie, il y’a l’agriculture qui lui donne de la matière », fustige-t-il. En lieu et place de cette nouvelle appellation, il propose que l’appellation actuelle soit maintenue pour la Chambre Nationale et que la section agricole y soit maintenue.

Une plaidoirie saluée à l’unanimité par les membres de la section présents à cette rencontre. En effet, ils ont embouché la même trompette pour exiger que la section agricole soit membre à part entière de la future Chambre Nationale.

L’agriculture et l’élevage perdent du « terrain » à Dakar

Se succédant tout à tour à la prise de parole, les membres de la section ont étalé les griefs de leurs secteurs respectifs. Pour les agriculteurs et éleveurs de la région de Dakar, la prédation foncière est, selon eux, la plus grande menace pour les acteurs. Il est de plus en plus difficile de disposer de terres où pratiquer de telles activités dans la région. Pire, les acteurs déjà présents sont de plus en plus menacés par « les prédateurs fonciers », ont expliqué les représentants de la commission agriculture. Ils ont de ce fait, demandé au président de la Section de porter le plaidoyer auprès des autorités pour l’obtention de terres et la sécurisation de celles-ci. Ensuite, les agriculteurs ont également formulé une demande pour la mise à disposition de matériels agricoles pour accroître leurs productions. Autre doléance, les acteurs ont exprimé le besoin d’un renforcement de leurs capacités par des formations. Pour les membres de la Section Agriculture, la mise en relation avec des investisseurs étrangers pour l’amélioration des races locales a été la principale requête formulée auprès des dirigeants de la section.

Le programme du dernier trimère 2020 adopté

En réponse aux différents besoins exprimés par les membres de la section, le Président Ibrahima Diagne a exprimé son entière disposition à porter le plaidoyer auprès des différentes autorités concernées. S’agissant du besoin de formation exprimé par certains acteurs, le Grand Serigne de Dakar de demander à ces derniers de se regrouper pour formuler des demandes en formations dans des domaines spécifiques. Il se chargerait alors de porter leurs dossiers auprès des autorités de la CCIAD pour la mise en place des programmes de formations destinés aux acteurs des différentes filières. Il promet en outre, de prendre contact avec les ministères chargés de l’agriculture et de l’élevage pour demander la mise à disposition d’engrais, des matériels agricoles et d’aliments de bétail aux acteurs.

Enfin, pour le programme d’activités de cette fin d’année 2020 qui a été, par ailleurs, validé par les membres de la section, le Président Ibrahima Diagne prévoit d’effectuer une visite de terrain auprès des sites agricoles de la région.  Il prévoit aussi d’initier une formation en techniques de conservation. Sur un autre volet, les dépôts des demandes de financement des projets des élus au COSEC seront effectués au cours de ce dernier trimètre 2020.  Enfin, pour l’animation de la section, des rencontres sont fixées chaque jeudi.

Sanou BADIANE

Administrateur

https://bie.cciad.sn