Exploitation du pétrole au Sénégal : Démarrage des campagnes de forage du Champ Sangomar

 Exploitation du pétrole au Sénégal : Démarrage des campagnes de forage du Champ Sangomar

La campagne de forage des puits de la Phase 1 du développement du champ Sangomar, localisé aux larges des côtes du Sénégal va démarrer cette semaine. L’annonce vient d’être faite par la société Woodside Energy Sénégal.

Les opérations de forage tant attendues des puits de pétrole vont enfin démarrer pour le bloc Sangomar Offshore. « Nous sommes heureux d’annoncer le lancement de cette campagne qui représente une étape importante dans le développement de l’industrie pétrolière au Sénégal », a déclaré, dans un communiqué, Mme Meg O’Neill, PDG par Intérim de Woodside.
Poursuivant dans les explications, elle rappelle que la Joint-venture RSSD qui regroupe Woodside Energy Sénégal et la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN), a pris la décision finale d’investissement en janvier 2020 et « continue depuis de travailler au développement des ressources de classe mondiale pour le champ Sangomar ». Elle souligne en outre, qu’avec le démarrage de la campagne de forage des 23 puits de développement, la joint-venture « reste sur la bonne voie pour produire le premier baril de pétrole en 2023 ».

 Deux navires pour le forage

Sur le plan opérationnel, le communiqué informe que deux navires seront chargés d’effectuer le forage. Il s’agit de l’Ocean BlackRhino, qui est dans les eaux sénégalaises depuis le 08 juillet 2021 et de l’Ocean BlackHawk dont l’arrivée est annoncée pour la mi-2022. Ces navires de forage seront supportés par une flotte de trois navires de ravitaillement et de trois hélicoptères. La flotte sera chargée d’assurer le transport des matériaux, équipements et personnel nécessaires à la compagne.  Le communiqué précise également que les navires de ravitaillement vont opérer à partir de la base logistique de la société Sénégal Supply Base (SSB), établie au niveau du Mole 1 du Port Autonome de Dakar (PAD).
Le document précise, par ailleurs, que la participation de Woodside dans la joint-venture RSSD est de 82% pour la zone d’exploitation de Sangomar et de 90 % pour le reste de la zone d’évaluation RSSD. Pour ces deux zones, la participation de PETROSEN est respectivement de 18% et 10%, ajoute-t-il.
Le communiqué rappelle enfin que la Phase 1 du développement du Champ Sangomar portera sur « l’installation d’une unité autonome flottante de Production, de Stockage et de déchargement », avec une capacité de production estimée à environ 100.000 barils de pétrole brut par jour, de 23 puits  et développement sous-marin et d’un réseau d’infrastructures sous-marines.

Sanou BADIANE

Administrateur

https://bie.cciad.sn